• Poésie de passage...

    Poésie de passage...

     

    Une amie à laquelle je tiens beaucoup copia un jour les paroles d'une chanson assez dure nommée The Funeral of Heart : L'amour est l'enterrement des coeurs et une ode pour la cruauté...

    Je me suis donc permis d'y associer une poésie miroir, ma vision, mon espérance. Je ne sais pas si l'essai a été apprécié, mais au moins au-je une poésie de plus dans mes tiroirs, et peut-être touchera-t-elle d'autres coeurs à défaut de celui auquel je l'ai adressé.

    C'est important de penser l'espoir. Nous convenons facilement que le présent est le fruit du passé et que nous vivons dans ce qui a été bâti hier. Pourtant, nous avons plus de mal à comprendre que le futur, et donc notre présent à venir, est le fruit de ce que nous pensons à cet instant...

    Le monde est ce que nous en faisons. Ou ce que nous laissons être. Critiquer le monde est la voie de l'impasse. Changer son coeur en lumière est le chemin de l'aurore.

    Je ne dis pas que cela est facile. Comme tout combat, il est porteur de la joie de la victoire, tant que du poids de la défaite. Mais si nous ne laissons pas ce qui semble la défaite nous malmener, si nous profitons d'elle pour rebondir vers une plus profonde compréhension des choses, alors nous ne connaissons que la victoire. Vivre ici est matérialiser le chemin du chevalier. Devons-nous nous désespérer parce que le soleil est trop loin pour le toucher, ou nous réjouir de sentir sa chaleur sur notre visage ? Même quand le ciel est sombre, il n'appartient qu'à nous d'allumer le lumière de nos coeurs.


    - The Revival of Heart

    L'amour est le tombeau des coeurs, ode aux captivités
    Mais la tombe est naissance, comme la graine enterrée
    Qui sans tombeau de terre n'aurait connu liberté

    Le coeur est un captif, et se voit libéré
    Car la captivité d'amour est l'aile déployée
    Quand Appartenir est un voeu partagé

    Croire, est l'arme du héros
    Car rien ne sépare, si ce n'est les pensées
    Dirigées par le doute

    Aimer, c'est partager la peur
    Le chagrin et l'envie
    La révolte et les pleurs

    Aimer, c'est refuser la crainte
    La peur d'être séparée
    C'est toucher sans freins la confiance

    Personne, n'a le droit d'aimer
    S'il refuse d'étreindre en un tout
    La lumière et sa pénombre

    Souffrir en silence n'est pas épargner l'autre
    S'ouvrir à l'autre est épargner leurs voeux
    S'ils se sont voulus doux, unis

    Trois petits mots : est toujours là...
    Et une question : En quel éclat ?


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 24 Juin 2013 à 16:43

    très joli ce petit poeme d'amour...

    2
    Lundi 23 Décembre 2013 à 13:55
    je kiffe se poeme car sa parle de douceur et de tendresse et de coeur
    3
    Lundi 23 Décembre 2013 à 13:59
    ça me touche enormement ce sublime poeme franchement il n'y a rien a dire!!!!!!!
    4
    Souryami
    Lundi 23 Décembre 2013 à 14:16

    C'est très gentil :) J'ai continué le blog ici si cela tente : souryami.skyrock.fr et compilé plusieurs de mes poèmes ici : http://issuu.com/souryami/docs/toi

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :